Balayer les On, en finir avec les Nous, les Il et autres Elle ; il faut, à ce plaidoyer, parler de soi. Alors, place au Je. Assez de In, de Voix off et de regards omniscients tendus sur la ligne et attendant le signal de départ à poser la pointe pour écrire.

Cette ligne signe chaque jour ma présence au monde, bien tracée et bien délimitée telle une démarcation à franchir. Pause avec arrêt sur image, juste avant la relance : l’heure sonne l’irrévérence.
Mon coming-out n’a rien de sexuel. Il ne porte ni sur un genre, ni sur une aspiration politique ou religieuse. Il ne retranscrit que l’étape qui m’a permis d’ouvrir mon placard. Ce placard, j’en suis responsable un peu, beaucoup, et peut-être à la folie. Tout petit au départ, il s’est agrandi sous les interrogations, les remontrances parfois, le rappel à l’ordre et à la réalité, souvent !
Je m’y étais enfermée par secret ;  je l’ai transformé en cage à la porte d’accès verrouillée. Je l’ai aménagé de rêves et de cauchemars. Rempli de papiers et de livres qu’on disait incongrus pour mon âge à l’époque, je l’ai fortifié envers tout et contre l’avis de tous. Ce placard devint mon univers et mon refuge scellés par mon silence.

Petite, je croyais à la magie des sens. Je m’en repaissais. Sous les violons, je vibrais. Je pleurais la corde pincée. Au creux du cœur, je sentais la touche frappée. Et mon âme s’évadait avec la mélodie. Plus tard, à l’âge dit de raison, je m’offrais mes premiers livres avec l’argent caché au fond de ma poche. Livre est un grand mot : j’allais acheter en cachette le journal de Mickey,  les aventures de Sylvain et Sylvette et de Rahan. De retour dans ce qui me tenait lieu de chez moi, je me faufilais sans qu’on me voie pour m’évader à lire. Parce que chez moi, voyez-vous, on ne lisait pas, on travaillait ! D’injonctions en supplices, je me suis sacrifiée sur l’autel de la vindicte parentale. Trop fort ? Non, à la mesure du temps qu’il m’a fallu pour oser dire ce qui me fait.

Je me sens artiste et écrivain depuis l’enfance. Me définir ainsi me demande du courage. Je balaye la honte et l’outrecuidance de tels propos pour brandir l’irrévérence que je porte en moi depuis si longtemps. Car en fait, il s’agit bien là d’irrévérence. Je l’ai canalisée tant bien que mal et souvent noyée sous d’autres exigences. J’ai répondu aux appels du Gagne-ta-vie.  J’ai cueilli des petites gloires au grand arbre du statut social ; je me suis chargée d’apparats et d’apparences à celui placé sous son feuillage et me suis offerte ses fruits argentés. J’ai cru étayer ma vie de l’excellence que je recherchais, par défaut. La brillance se reflétait et emportait l’insatisfaction bien loin de mes préoccupations. Annexée et robotisée à souhait, j’ai vécu ainsi dans un confort surfait dont je ne voyais ni ne sentais la fissure qui s’amorçait.

Par peur et par discrétion, j’ai enfoui mes élans. La crainte du rejet s’est amplifiée. À chaque tentative de montrer cet autre aspect, je reçus des sourires ironiques, déplacés et dégradants jusqu’à parfois me discriminer. Le risque devint trop grand quand je me mis à occuper une voie sur laquelle, parait-il, mon avenir se traçait. Un avenir dont d’autres s’approprièrent la conduite, pour mon bien, et à l’ombre duquel ils se mettaient à briller. Ils m’ont alors conseillé de moins en dire pour me protéger, de moins en faire pour gravir les échelons. Car enfin, écrire : c’est se dévoiler. De ce voile imposé, j’ai commencé à dépérir à voir la vie et mon horizon se noircir. Je me suis rendue invisible et oubliée sur le quai d’un train mis à l’arrêt qui rouillait à m’attendre.  À l’ombre, je me suis persécutée à refréner mes élans contrariés.
Plus tard encore, mon visage afficha le masque de bienséance répondant aux exigences d’une société de bon aloi et feignait ainsi le bonheur d’une réussite acceptable à ses codes. Pourtant, durant toutes ces années et sans relâche, j’écrivais. Mon placard engoncé rapetissait. Une pièce fermée le remplaça. La clé symbolique devint bien réelle. Sur les étagères, j’empilais en vrac des feuillets, des prospectus annotés quand l’idée était trop pressante et qu’à ma main je jugeais qu’ils feraient l’affaire. Des histoires riantes se juxtaposaient à des drames. Des soupirs se mettaient à l’essai et à l’épreuve des rimes. Un fatras de sensations, d’émotions et de sentiments que je pensais ne jamais classer, faute de temps et surtout pour cause d’orgueil. L’orgueil dans ces moments-là a été mon pire ennemi. Oui, l’orgueil, celui qui vous fait croire que vous ne valez pas grand-chose parce que vous n’osez pas. Le désespoir vint à mon secours. L’étiolement transforma l’isolement en énergie salvatrice.

Cet été là, en 2014, j’ai osé un premier pas vers ce que je suis. Bien m’en a pris, je me sentais prête à tout et surtout à l’affrontement. J’ai dit simplement à l’amie assise à mes côtés : “j’écris !” En réponse, je reçus un grand éclat de rire. Vous savez celui qui vous liquéfie par son ironie. J’ai pensé alors que j’allais perdre beaucoup d’amis à m’en écarter, mais le premier pas était franchi. D’autres ont souri, ajoutant à leur compassion : “Tu te protèges, au moins ? ” Sur et sous le coup, je n’ai pas compris. Ils ont précisé : ” Tu as pris quoi comme pseudo ? ” Ce à quoi j’ai répondu que je ne souhaitais pas en utiliser. Si je prenais le risque de dire, pourquoi me cacher ? Leur air effaré me fit comprendre tout l’enjeu d’une telle déclaration. Entre censure des uns et autocensure, comment allais-je les protéger, si d’aventure je m’amusais à les exposer ? Ma liberté devenait à leurs yeux outrageuse et outrancière. J’abusais ainsi de leur amitié qui, je m’en suis aperçue dès lors, n’avait rien de gratuite. Sous leurs regards, j’apparaissais inconsciente et inconséquente. J’endossais un costume mal taillé d’observatrice mal intentionnée : une ennemie !

Remplie de toutes mes tares, j’ai poursuivi mon chemin. Aux inconnus rencontrés en d’autres lieux, à la question habituelle “Tu fais quoi dans la vie ?”, j’ai omis ma profession et précisé apprenti-écrivain. Contre toute attente, je m’aperçus que je ne dérogeais à aucune règle.  Mieux, à discuter et échanger, ils conclurent pour moi : “Enlève apprenti, on croit que tu portes plus haut le préjugé que le fond. ” Je me suis libérée de la falsification et je deviens chaque jour davantage authentique. Le doute existe toujours. Je marche dans son empreinte mais elle revêt moins d’importance.

La troisième grande étape de ce coming-out particulier se réalisa lors d’un échange anodin avec l’un de mes fils, le plus jeune. Au détour d’un fou-rire, je lui confiai que j’écrivais. Je me souviens de son arrêt, figé dans un instant gravé dans ma mémoire à jamais. Lentement, les larmes ont dérivé sur le bord de ses paupières. L’image s’est ranimée, il m’a prise dans ses bras et m’a serrée très fort, heureux.

Aujourd’hui quelques personnes sont avisées. Certaines d’entre elles demandent à et où me lire. Je leur refuse de moins en moins l’accès. Je crains parfois l’avidité malsaine et ne sais pas la reconnaître. J’ai entendu, pour avoir mal anticipé le contre, qu’écrire participait forcément d’une thérapie. Je conviens que c’est la pire des appréciations. Car, à ceux-là, il leur faut une cause, voire un alibi à l’acte d’écrire. Comment leur faire comprendre que cela est en moi, depuis toute petite. Quand je précise que j’apprends toujours, je sens leur satisfaction à relever mon effort. Je reconnais alors la suffisance des bien-pensants et leur déni de la présence d’une qualité ou d’un talent. Ils n’entendent rien. Je parle de mon identité garante de ma légitimité. Il s’agit d’une réalité : la mienne ! Elle me transforme irréversiblement. Chaque jour, je me mesure à moi-même sans complaisance et sans illusion. Je renonce à me fourvoyer ailleurs et à perdre mes exigences.
Je choisis aussi d’ignorer l’agressif et le péremptoire. Ils cachent quelques affres qui ne m’appartiennent pas. Je suis parfois confrontée par cette exposition à des lecteurs et des correcteurs à la verve acerbe, aux mots drus et piquants. À chaque aiguillon reçu, je saigne : je suis fragile. Je me protège tant bien que mal de l’agressivité ainsi offerte et pointée, sollicitant tellement la mienne en écho. J’en connais d’autres, soumis aussi à l’exercice difficile de l’écriture, qui saluent et toquent à ma porte avant d’entrer. Ils demandent s’ils le peuvent, mettent en avant le respect, la considération, pour ne franchir mon seuil que si je les accueille ou les encourage. À ceux-là, je dis merci. D’eux, j’écoute les conseils et les avis car ils sont discrets et prévenants à mon souci de bien écrire, de retranscrire un univers qui n’appartient qu’à moi. J’insiste, il s’agit de mon univers et de celui de personne d’autre. Beaucoup s’immiscent pour déranger mes arrangements et les cuisiner à leur sauce. Je leur demande alors, avant toute chose, de s’attarder sur le point de vue qui n’est pas le leur pour qu’ils l’entendent et le comprennent.

L’acte d’irrévérence me rend à la liberté mais aussi à l’humilité et à la modestie : un état de conscience prégnant et porteur de valeurs. Il s’est commis dans l’irréversible puisqu’il parle profondément de moi, de ce qui me fait et de qui je suis.

©Claire Le Guellaff – Février 2016
Signature site Claire Le Guellaff

Je souhaite remercier ici chaleureusement celles et ceux qui ont apposé leur premier commentaire à ce Plaidoyer pour l’irrévérence, lancé à l’époque sur Scribay comme une bouteille à la mer. Un grand merci pour ce partage !
 

Image de profil de petitprince

petitprince

Oui je comprends mieux, on a tous des combats et on s’aperçoit que finalement ils nous aident peut-être à être plus fort face au mépris, à l’insolence, au jugement. Je t’admire pour ça parce qu’il fallait une sacré dose de courage pour en arriver là où tu es et si l’écriture est une bouée de sauvetage et un baume il n’en reste pas moins que tu étais déjà une belle personne et cela rend ton texte encore plus touchant, plus vrai. Merci CM. C’est bon de croiser la route de certaines personnes même à travers des mots !
 

Image de profil de Zelen Awal

Zelen Awal

Très belle plume ! J’ai aimé vous lire et je reviendrai découvrir vos autres textes. Merci à vous.
 

Image de profil de Dim

Dim

Magnifique ! Il en faut du courage, non seulement pour faire les choix que tu as fait, mais également pour te dévoiler ici, devant nous, avec autant de pudeur que de détermination.
En outre, il y a toute une musique dans tes mots, toute une rythmique, toute une poésie qui rendent la lecture belle et envoûtante. Merci pour ce témoignage 🙂
 

Image de profil de Velka

Velka

C’est une annotation de Auteur inconnu sur l’un de mes textes qui m’amène ici. Il m’a dit, en lisant l’une de mes phrases : “il faut que tu le lises”. Me voilà… Je partage cette difficulté que tu as à te considérer “écrivain”, bien que cela fasse partie de toi depuis toujours. Je partage cette difficulté à exposer mes sentiments, à partager mes textes à mon entourage ; je me suis posée cette même question du nom de plume, dont j’essaie tant bien que mal de me délivrer. Un terrible dilemme. Écrire, c’est bien souvent se mettre à nu ; mais la nudité est magnifique. Et lire, c’est un peu comme… (oups, je divague).
Bravo pour ce texte criant de franchise. On en avait besoin !
 

Image de profil de Rosa Carmon

Rosa Carmon

Ouuuuuuaaaaaaahhhhh! C’est superbe, félicitations!
Magnifique affirmation de soi face au monde, et dans une très belle langue en plus.
En plus je me reconnais totalement :p et du coup, c’est encourageant de se sentir un peu moins seule sur ce chemin.
 

Image de profil de Alicé Awh

Alicé Awh

Wow. J’adore, parce que je me retrouve totalement dans le début du texte, un peu moins vers la fin parce que je suis encore très jeune et que je n’ai pas encore fait mon “coming-out” littéraire 😉 J’ai trouvé que c’était une excellente idée de parler de “coming-out” dans ce cas-là, et de le décrire comme une réelle annonce, parce qu’il est vrai que mine de rien, il faut le dire mais la plupart préfère se taire malheureusement. C’est douloureux quand on y pense, l’écriture peut être une raison suffisante de discrimination. Je le vis, mais je n’avais jamais vraiment réalisé ce que c’était. Vraiment, ton texte est génial, et je le partage immédiatement sur Facebook si tu me le permets. Merci pour cette lecture. J’en suis encore bouleversée.
 

Image de profil de virgo34

virgo34

Beau texte profond et parfaitement écrit.
 

Image de profil de Oncle Dan

Oncle Dan

Magnifique texte. Picasso disait “Les autres parlent. Moi, je travaille”.
 

Image de profil de Christ'in

Christ’in

Merci pour ce plaidoyer que je prends pour moi aussi :). La larme de ton fils me rappelle les colères de ma fille, me disant de ne pas lâcher quand l’exercice de l’écriture sur la longueur était trop dur à supporter, en parallèle du regard affligé de mon environnement ; quand tous mes écrits avaient ma désapprobation et que chaque semaine s’accompagnait d’un “J’abandonne, j’y arriverai jamais”. Aujourd’hui, grâce aux encouragements de ma fille qui a maintenant 18 ans et me dit que je suis “son modèle de persévérance”, la récompense est belle. Et s’il ne devait y avoir qu’une seule récompense à garder au fond de mon cœur, ce serait bien celle-ci…. <3
 

Image de profil de Frédéric Leblog

Frédéric Leblog

Je me suis maladroitement engagé à répondre ce que m’inspirais ce texte magnifique de sincérité et de courage.
Pourtant, que répondre et qu’ajouter à un texte si divinement éclairé ?
Éclairant, même !
A l’évidence, nous partageons tous la puissance des mots mariés ici. Mieux, nous les vivons au plus profond de nous. Ils résonnent au plus secret de nos vœux les plus chers et les plus inavoués. Mais, qui peut dire à autrui ce qu’il ressent sans passer par les regards condescendants de ceux qui, faisant fi de tout cela, ne se lassent pas de nous alerter sur les incontournables dangers d’une existence dédiée au seul plaisir de faire ce que dicte notre cœur ?
Parce qu’il faut du cœur pour soi et surtout pour les autres ! Ces autres qui, souvent trop proches et en même temps si distants, se font suffisants et s’estiment soudain supérieurs parce qu’ils sauraient, mieux que nous, que nos chances sont si infimes que nous ne pourrions que nous briser à vouloir démolir les murs qui nous retiennent prisonniers de vies qui ne nous concernent pas, qui ne nous appartiennent finalement pas. Mais, n’est-ce pas directement se soumettre au jugement impersonnel d’une culture qui prétend que l’Art n’est rien, ou si peu ? Et, pour mieux nous dissuader de nous aventurer sur ces chemins, inconnus de la plupart, ils nous lancent leur ignorance au visage, insensibles au besoin viscéral d’écrire, de peindre, de chanter ou de danser pour quelques uns, dont nous sommes, quoi qu’il en coûte de nous l’avouer à nous mêmes.
Et l’on pourrait simplement se rappeler que ce fameux “Coming out”, dont nous ne retenons que la sonorité anglaise pour mieux nous cacher derrière son vrai sens, on pourrait se rappeler, donc, qu’on devrait le traduire par “révélation”. Parce que, une fois encore, il est bien question de cela. Une révélation.
Alors, creusons un peu le terme…et découvrons tous, au moins la plupart, que ce mot est lui-même dissimulé derrière un autre, porteur de mauvais augure…
Apocalypse… Apocalypse, qui ne signifie rien d’autre que “révélation”. Est-ce déclencher l’Apocalypse que d’affirmer qu’on est fait pour autre chose que ce que les autres attendent de nous ? A force de nous montrer la Terreur, la majorité renonce et se soumet. Sauf quelques âmes plus brillantes que d’autres.
De là à croire que c’est pour ça que la plupart de nos détracteurs tremblent pour nous, il n’y a qu’un pas, non ?
Merci à CM de l’avoir enfin franchi pour nous, qui restons encore frileusement de l’autre côté d’une rive que nous espérons tous atteindre un jour…
Et merci pour les éloquents commentaires que j’ai pu lire, écrits, saignés pour certains, qui ne font que nous rendre un peu plus à l’évidence.
 

Image de profil de Johann Christoph Schneider

Johann Christoph Schneider

Vous avez tout dit dans ce très beau texte auquel, comme beaucoup d’autres, je me suis identifié d’une manière presque douloureuse.
Je vous félicite pour votre courage et votre lucidité.
 

Image de profil de Annick

Annick

Un niveau de langue soutenu, un texte dense fait d’abstraction mais d’exemples où tout auteur peut se reconnaître ! Des tournures de phrases toutes personnelles qui font mouche à chaque fois ! Une sorte de plaidoyer pour revendiquer la liberté d’être soi même, dans cet acte d’écriture qui est tellement sujet à fantasmes…pour les autres ! Merci d’être en quelque sorte, notre porte-parole, pour nous auteurs, si souvent incompris ! 🙂
 

Image de profil de Juan Deluka

Juan Deluka

Un très joli texte ! Quelle aisance dans ton écriture ! Bravo !
 

Image de profil de Johann Margulies

Johann Margulies

Très beau et courageux texte. Rien à dire 🙂
 

Image de profil de Eric Kobran

Eric Kobran

Moi qui ait suivi la voie dite “royale”, à savoir Math Sup/Math Spé, Grande Ecole d’Ingénieur, car mon père me l’avait conseillé, ce texte me parle.
Mes études ont été parsemées de professeurs de mathématiques et de physique qui me reprochaient d’être “trop littéraire”. On me demandait souvent si j’étais sûr. Je ne sais pas à quel moment j’aurais dû les écouter. Je ne pense pas avoir jamais eu le courage de leur dire que j’aurais préféré écrire. Peut-être cette fois où je leur ai dit que je me dirigerai un jour vers le métier de journaliste. Mais ce n’était pas cette écriture là qui m’intéressait.
 

Image de profil de Vingt Quatre

Vingt Quatre

CM, Il y a des arts immuables: L’écriture, la peinture, la musique.
Merci de nous faire partager tes écrits.
 

Image de profil de Patrice Lucquiaud

Patrice Lucquiaud

Voilà qui me fait penser à la fable de Jean de la Fontaine : “Le meunier, son fils et l’âne” et d’en déduire ceci , s’agissant de ses souhaits et entreprises :
“Les autres pensent ce qu’il veulent…
Moi, je pense et j’écris ce que je veux, ce que mon âme me dicte, et ce, contre leurs avis, jugements et appréciations, en dépit de leurs sourires et de leur ironie.”
Ridicule !…
Y aurait-il eu Molière ans quelque bourgeois gentilhomme , sans tartuffes, sans malades imaginaires, sans avares ou sans précieuses ridicules ?
Laissons aux sots leur originalité, aux avisés leurs conseils aux sages, leur tolérance.
Le monde est beau dans la diversité de ses imperfections …
les artistes en font leur égérie et les élèvent aux nues…
Soyons irrévérencieux pour notre Salut et celui des autres à nous suivre …
Il faut se dire qu’il y a plein de talents extraordinaires qui ne passerons jamais à la postérité.
Ceux qui le sont, ont nourri notre culture. Merci à eux tous …
Et Merci à @ CM LE GUELLAFF de nous révéler toute l’ampleur de son talent, toute la prégnance de son envie d’écrire qui ne reste pas vaine puisque nous la lisons avec attention et intérêt…
 

Image de profil de Romain Le Bon

Romain Le Bon

Je suis tombé sur ton texte au détour d’un autre. J’ai voulu en lire le début, voir quelle définition du “coming out” il donnait, et j’en suis arrivé à la fin avant même d’avoir compris que j’avais dépassé le milieu. Je ne pense pas à te féliciter après cette lecture, mais plutôt à te remercier. Ton texte est touchant, pour toi autant que pour nous d’après les commentaires que j’en ai lu. Je m’en souviendrais longtemps, c’est certain. Alors encore merci de l’avoir écrit.
 

Image de profil de Kiel Kinimo

Kiel Kinimo

J’ai l’impression d’avoir relu une partie de ma vie (et de plusieurs autres d’après les commentaires), c’est étonnant ! Je me sens comme au milieu de ton texte, peu de temps après ce coming out si bien imagé, j’ai presque l’impression d’y entrevoir aussi une part de mon avenir.
Il y a juste un point où je me sens un peu plus chanceux que toi : j’ai toujours eu quelques amis avec qui partager ma passion. Ils restaient enfermés avec moi dans ce placard, loin de ma vie réelle, mais présents malgré tout.
En tout cas, en plus du plaisir de lire et d’écrire, ce genre d’expériences partagées est exactement ce pour quoi je me suis inscrit ici. Je pourrais relever presque chaque phrase du texte et en faire un parallèle d’une expérience vécue, mais je pense que le plus important est de te dire un grand merci pour ce texte qui me donne d’avancer toujours plus pour enlever ce petit “apprenti” qui persiste quand je parle de ce que je fais tous les jours. 😉
 

Image de profil de bertrand môgendre

bertrand môgendre

Voilà une sortie de placard qui n’est pas banale.
Excellent. Bien joué.
 

Image de profil de ennkhala

ennkhala

Si le fait de te lire fait monter en moi plus qu’un sentiment, c’est sans doute un peu parce que je m’y reconnais aussi un peu. L’humilité n’est pas le fort de l’écrivaine que je suis, mais j’ai pris le temps, tout comme toi, de mériter ma place.
Un texte magnifique qui touche au plus profond.
 

Image de profil de Jonas

Jonas

Après quelques jours de vacances sans pc, je reviens sur Scribay, je me dis “chouette, un texte de CM en réponse au défi”, je te lis, je te relis, et c’est comme un miroir dressé devant mes mots. Ton texte est bien écrit (mais là, ce n’est pas une surprise) et surtout fait écho à beaucoup de choses.
En ce qui me concerne, mon “coming-out” d’écrivant (j’ai l’impression que je ne me considèrerai comme “écrivain” que le jour où j’aurai le bonheur d’être publié) a suscité plus de désintérêt et d’indifférence que de curiosité ou d’ironie. A quelques exceptions près, on m’a à peine demandé dans quel genre j’écrivais, ni montré quelque sorte d’intérêt pour mes textes. Sous-entendu “mais quelle perte de temps alors qu’il y a tant à faire”. Mais je suis têtu. Et j’ai moi aussi mon petit grenier symbolique où s’entassent mes écrits. J’essaie tout comme toi de m’améliorer de texte en texte.
En tout cas, je te félicite de tout cœur pour le courage dont tu fais preuve. Pas facile de s’exposer, d’oser dire “je”, surtout quand il est question d’écriture.
Et puis tu as du talent, un style qui t’es propre et qui est sincère ; alors je n’ai qu’une chose à te dire :
Continue.
 

Image de profil de Djymee

Djymee

Peut-être parce que je suis de la ville de Jules Vernes, je n’ai jamais connu ce rejet de l’écrivain; je le découvre ce soir avec beaucoup d’étonnement.
J’ai personnellement vécu tout le contraire de ce que tu décris. Pour mon premier roman, l’article paru dans la presse locale a incité des gens de mon quartier, pourtant populaire, à venir me rencontrer pour tenter des liens amicaux. De ce fait, j’en apprécie d’autant plus ce texte puisqu’il me fait découvrir quelque chose qui m’était totalement inconnu … et en plus avec brio !
 

Image de profil de Jean-Christophe Heckers

Jean-Christophe Heckers

Magnifique page. Oh, comme je me souviens des réflexions d’antan: “Bah, ça lui passera”, “Et tu n’as jamais pensé à voir un psy?”, “C’est pas un peu prétentieux, ça?”, “Arrête de raconter ta vie à tout le monde!”. Entre l’incompréhension stupéfaite et horrifiée de certains, le soulagement que ce ne soit pas pire pour d’autres, il fallait louvoyer, éviter les récifs de la répugnance et les haut-fonds du renoncement. Ils ne furent que deux, professeurs de français qui m’avaient pris sur le fait, à me recommander fermement de ne jamais renoncer. L’un, me voyant épris de science-fiction (quelle tare!) , s’empressa de me diriger vers des lectures futuristes sans concession. L’autre, sur dénonciation de mes activités poétiques par un camarade imprudent, me somma de ne pas rejeter la Muse. A eux seuls ils m’ont conforté dans la voie de ce vice affreux, inutile, et répréhensible. Bien nombreux en revanche furent ceux qui devaient se résigner à me voir perdu pour de bon. Il était curieux de les voir tourner les pages de romans, mais ne pas comprendre qu’on puisse les écrire. J’en demeurerai perpétuellement perplexe.
 

Image de profil de flooney

flooney

Nous savons tous ici que ce n’est pas facile, un coming-out littéraire, et sommes encore nombreux à utiliser pseudo et taire à nos amis notre activité secrète. Tu as eu le courage de briser le silence, et je t’en félicite !
 

Image de profil de Emma B

Emma B

Bravo
“Je m’y étais enfermée par secret” CM tu es fille ou garçon? Je ne sais pourquoi mais je t’imaginais homme.
“J’ai dit simplement à l’amie assise à côté : j’écris ! En réponse, je reçus un grand éclat de rire. Vous savez celui qui vous liquéfie par son ironie…” J’ai eu droit à la même chose de la part de ma meilleure amie. A mon deuxième livre publié elle riait plus… Alors au diable le regard des autres, non?
 

Image de profil de Clara Sombrio

Clara Sombrio

Waow ! Waow ! Waow ! Rien à ajouter. Ou si. Merci !
 

Image de profil de ChrisH

ChrisH

C’est très bien écrit et touchant, ce “coming out” d’écrivain ! C’est vrai qu’il est difficile d’oser partager cette passion et ses écrits avec des proches, famille et amis : quelque part ça donne l’impression de se mettre à nu…
 
 
Partager
error: Le contenu est protégé !!